Le farwest de la crypto

In Analyse, Décentralisée, Pense-bête, Politique, Réponses aux fans, Réseaux sociaux, Technologie
Scroll moé

1On m’envoie ça sur Messenger vendredi passé :

J’ai répondu ça

Salut ********!

Réponse lourde 😉

Les pirates ont démontré la grosse faille en ce moment avec les fournisseurs d’Ether et autres crypto monnaies : la monnaie et les services sont décentralisées, mais la gestion de comptes des utilisateurs est privée et donc centralisée. En gros, dès qu’une compagnie offre des services et qu’elle conserve des données d’accès de ses utilisateurs, elle devient vulnérable.

La question : comment éviter la privatisation (et donc la vulnérabilité) des comptes personnels et des données privées, comment en assurer la sécurité tout en offrant aux entreprises la liberté de développer des services? La solution à mon avis, en 4 points :

1-Données Québec : créer un endroit pour héberger les données de façon totalement anonyme et encrypté. Sans clé de décryptage, impossible d’utiliser quelconque donnée de ce service. Le tout est hébergé de façon décentralisée2 ici au Québec. Tant qu’à, on utilise les serveurs pour créer un réseau d’eau et d’air chaud dans les nouveaux quartiers. La seule et unique façon d’accéder à une donnée, c’est d’être authentifié par Identité Québec.

2-Identité Québec : Service d’identification nationale. ID Québec n’a aucune donnée dans ses serveurs, seulement une façon de s’identifier. Chaque fois qu’un accès est demandé, la personne physique doit donner son accord (mot de passe, biométrie, courriel, texto, autre, double facteur). Une personne physique, un accès, point bar. L’accès est donné dès la naissance aux parents, puis transmis à l’enfant dès l’âge de raison. FINI l’anonymat et bienvenue à la transparence! Ce service est totalement indépendant de Données Québec : pas la même équipe, pas les mêmes serveurs. Gérer les transactions (et son historique) entre Identité Québec et Données Québec exigent un « transport », un gestionnaire d’opérations en quelque sorte, et une monnaie pour payer les transactions . Appelons le réseau Tokebec et la monnaie T$ pour l’exercice en cours.

3-Tokebec et T$. En dehors du système bancaire, garantie par l’État grâce aux actifs (Hydro Québec, SAQ, Loto Québec). Il doit être utilisé pour offrir des services web et décentralisés aux Québécois. Le tout est validé par un réseau de type Ethereum améliorée3 (l’État s’en occupe, pas l’usager). Le réseau permet de faire des échanges de Données Québec et de T$ entre personnes “ID Québec”. L’ensemble des opérations doivent être encapsulé dans un Service. Tous les services pourraient être réunis ou régies par une dernière identité numérique : la Banque Québec.

4-Banque Québec : Fournisseurs de services décentralisés pour les particuliers, les entreprises et les scientifiques. Pour se connecter et autoriser les services (et ses frais), on utilise Identité Québec, Tokebec et les T$. Une fois que c’est fait, la plateforme peut nous donner accès aux données autorisées par ID Québec de Données Québec, puis échanger les T$ nécessaires. Le tout se fait sur le réseau Tokebec. Pour une entreprise, elle donne accès à des API pour créer des services et les offrir aux utilisateurs en échange de T$. Pour les scientifiques, différents services sont offerts pour accéder à des données anonymisées.

Ces quatres services permettraient de changer le paradigme actuel de « course aux données privées » en « course aux services utiles ». Les données privées ne seraient plus accessibles par personne, sauf la personne elle-même, sauf sous autorisation directe de cette même personne.

Avec ce système, Facebook pourrait par exemple offrir “son mur” comme services, ainsi que sa messagerie et son service de publicité. Par contre, il ne pourrait plus recueillir aucune information personnelle. Pour recueillir des infos personnelles, Facebook devrait fournir un outil à Banque Québec pour “acheter des données personnelles anonymisées ». Toute personne intéressée à obtenir de l’argent de Facebook en échange de données personnelles anonymisées pourrait s’inscrire à ce service. Terminer le ciblage personnelle par Facebook, à eux d’obtenir des données publiques, d’en optimiser le ciblage et de vendre ensuite l’utilisation.

La beauté d‘un tel système, c’est que non seulement elle pourrait protéger les données personnelles, elle détruit aussi l’anonymat, son impunité et elle ne permet pas la création d’identité morale (pas de INC, la redistribution des profits “d’une entreprise” est automatisée en temps réel à ces actionnaires de façon transparente). Elle pourrait aussi assurer d’ailleurs cette transparence et la possibilité de bloquer un service à n’importe quel moment, et encore plus! De la belle folie quoi!

Évidemment, tout cela est très théorique et demanderait énormément de recherche fondamentale, puis pratique. Ce genre de système est complexe, mais il me semble tout de même réaliste et réalisable, sous une certaine forme, à moyen terme4. Par contre, ce genre de système remet en cause radicalement le système bancaire mis en place depuis les grands bourgeois de Venise…. ÇA SE PEUT QUE CE SOIT PAS FACILE! 😉

Bonne journée!

P.s. J’ai écrit ça vite, désolé si c’est brouillon, mais mettre toutes ces idées en ordre est un travail de longue haleine. J’ai espoir de pouvoir publier quelque chose d’intelligible d’ici quelques années 😉

** Le PDf, c’est un exemple concret du système que je décris : un simple échange de numéro entre deux personnes (et oui, même Apple n’aurait pu « besoin » (le droit en fait) d’avoir accès à notre bottin de téléphone! Kin toé la vie privée!! 😀

Référence aux serveurs qui pourraient faire chauffer nos quartiers, où certains liens ne fonctionnent plus, évidemment, de là la grande tristesse de notre époque, la fuite du web :

Chauffer l’Enfant-Jésus aux super-ordinateurs

Logorhée

1. Trouble du langage caractérisé par un flot de paroles, incoercible et rapide, en particulier au cours de la manie.

2. Verbosité intarissable.

** Espérons que c’est le point 2!

Notes en bas de page

  1. Ce texte n’a pas été révisé ni corrigé. Y’a sûrement (certainement) pas mal de phôtes, vous m’en voyez navré, je reviendrai peut-être le corriger plus tard.
  2. Ajout 27 janvier 2022 : Je ne limiterais pas la taille des blocs par contre, comme le fait Ethereum. En fait, c’est l’accès à la base de données que je décentraliserais, pas la base de données comme telle. Pour la base de données, à moins de développer de nouvelles approches avec une nouvelle chaîne de bloc évoluée, j’irais finalement avec la bonne vieille redondance. Ces données pourraient tout de même être, d’une certaine façon, être décentralisées. Bref, c’est compliqué le tabarnak!
  3. Le 21 janvier 2022 est sortie cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=YQ_xWvX1n9g. Bien honnêtement, je voyais d’un relatif bon oeil le développement actuel du réseau Ethereum. Je connaissais bien ces limitations, mais je voyais un certain positivisme dans l’installation des réseaux locaux. Par contre, j’avoue que le point de vue de Dan Olson sur l’incapacité du réseau à résoudre ses problèmes fondamentaux a changé mon fusil d’épaule. Voilà, mea culpa dans une petite note en bas de page! Si tu veux me punir, utilises l’Astéroïde et détruit mon site, ça va te faire du bien.
  4. Qu’est-ce que le moyen terme? Souvent, j’ai espoir de le voir de mon vivant et c’est ce que j’appelle le moyen terme, donc une quarantaine d’années. Mais bon, les choses vont toujours moins vite que je le pense… #CharÉlectriqueOstiePourquoiLeQuébecProduitPasSesPropresVoituresAuLieuDeDillapiderNotreCashCommunDansLostieDePrétrole…